Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

pays1.jpg

En direct de la roulotte

/ / /
 
EST IDENTIQUE A CELUI DE LA PROLIFÉRATION DES CELLULES MALIGNES ! 

Alors réveillons nous !
   
Qui prétendrait que la présence d’une seule de ces cellules dans l’organisme ne représente pas un danger certain pour ce dernier ?
Les cas sont bien connus de cancers foudroyants qui emportent un individu en l’espace de quelques jours seulement : car la multiplication des cellules est exponentielle, et lorsque le processus est entamé, la croissance peut être très rapide.
La conscience suit, pour se propager, un processus identique, et le fait qu’existe la connaissance de « l’unité de l’être » représente un danger certain pour la machine politique et sociale dont le rôle est de diviser pour le plus grand profit des œuvres mercantiles, au détriment, bien entendu de l'humain et de la vie dans son ensemble.
Or, nous savons que cette connaissance est aujourd’hui très largement répandue sur la planète, bien que détenue encore le plus souvent par des sujets isolés, ainsi tenus dans l’impossibilité d’agir. Que des connections soient établies entre toutes ces « cellules connaissantes », et c’est la surface du globe qui en sera complètement transformée en l’espace de peu de temps.
Nous assistons à présent sur la terre à un combat paradoxal, où des hommes conscients de l’absurdité d’un système s’acharnent à défendre ce système, cette machine aveugle et insensible qui les mène à une perte certaine.
Soit que ce système leur offre quelque apparence de privilège, soit que, prisonniers à la fois de leur isolement et de ce carcan social, ils n’ont d’autre moyen, pour assurer leur subsistance, que d’assurer le rôle qui leur a été dévolu d’alimenter, voire de défendre ce système : ils n’ont que le choix d’abdiquer en maugréant, ou de tomber dans la tranche -qui s’élargit de jour en jour- des miséreux et des exclus. Comment un individu qui a charge de famille peut-il faire le choix de mettre celle-ci à la rue, lorsqu’il jouit encore de ce qui aujourd’hui est déjà un privilège : une apparente dignité ? La cellule, si elle fait partie d’un tout, en tant qu’individu, cherche à se protéger, et de cela, on ne peut lui en vouloir. Mais souvenons nous que la cellule est dépendante de son milieu : que ce milieu vienne à disparaître, la cellule est bien obligée d’en faire autant ! L’inverse n’est pas vrai...
Mais alors, comment sortir de ce cercle vicieux ?
Que l’homme cesse de s’identifier à la fonction qu’il occupe au sein du système !
Que le «politique » cède la place à l’humaniste !
La Vie a toujours su s’organiser d’elle même, en fonction du milieu en lequel elle se développe, et n’a nullement besoin d’être régie par des lois intermédiaires : elle s’organise par le bas, par la base de la pyramide, et non par le haut !
Pour être plus précis, il ne doit pas y avoir d'intermédiaire entre le haut qui projette la Vie et la base qui est l'expression de cette vie !
Le Créateur pourvoit directement aux besoins de sa création !
La plupart des problèmes (sinon tous) que connaît notre monde ne proviennent-ils pas uniquement de la soif de pouvoir sur l’extérieur des individus ?
Il manque dans notre société, à la fois ce que j’appelle « un plan d’architecture globale », qui serait une projection claire des objectifs à atteindre sur un long terme par l’espèce humaine, prenant en compte les besoins des individus et les exigences de la collectivité, celles de l'équilibre écologique, et la liberté laissée aux individus de s’organiser entre eux selon un commerce établi par chacun.
La démocratie dont se targuent les nations n’est qu’un leurre : il n’est nul endroit où le peuple ait le droit de s’exprimer !
Son seul droit est de choisir ses dictatures par la voie des urnes ! A lui ensuite de subir le contrecoup des mensonges qu’il a cautionné de sa voix !
Où donc se trouve la tribune où puisse s’exprimer celui qui, riche ou pauvre, a quelque chose à faire partager ?
L'Internet il est vrai pourrait commencer à y ressembler, pourvu qu'il soit accessible à tous.
Mais même au delà de la répartition économique que l'on connaît -comment celui qui n'a pas de quoi se nourrir pourrait il songer à s'exprimer sur Internet ?- la récente actualité ne nous a-t-elle pas montré que le réseau peut s'effondrer au gré des dictatures ?
Que le peuple se mette à parler, qu’il dise ce qui lui tient à coeur !
Qui dans le peuple désire la guerre et la misère ?
Qui dans le peuple, désire autre chose que le droit de vivre et de travailler dans la paix ?
S’il est des grands travaux à réaliser qui servent l’humanité, qui dans le peuple n’est pas près à donner sa quote-part de travail pour les réaliser ?
Mais les grands travaux pour lesquels le peuple est imposé, ne servent pas l’humanité : ils ne servent que les intérêts égoïstes d’une petite minorité !
Les guerres dans le monde ne sont que le jeu de quelques individus qui se gonflent d’importance, et qui montent les hommes contre les hommes, les peuples contre les peuples !
Les problèmes que connaît aujourd’hui notre monde sont bien réels, mais ne sont pas dus aux cultures et aux aspirations différentes : ils sont liés à la démographie galopante et à l’état de pollution avancée dans lequel se trouve notre planète. Ces problèmes menacent aujourd’hui toutes espèces confondues sur le globe, à l’exception peut-être des formes les plus primaires de la vie.
Les consciences individuelles peu attirées par le pouvoir extérieur, mais plutôt enclines à la paresse -et qui sont de loin les plus nombreuses - doivent maintenant se réveiller !
Elles doivent faire face à la réalité du crime qui se trame contre elles et de leur fin prochaine - tout du moins dans leur forme actuelle - si elles ne réagissent pas vigoureusement et promptement dans cette course engagée contre la montre !
La force d’inertie qu’elles ont manifesté jusqu’à présent face aux criminels et aux inconscients qui gouvernent le monde doit se transformer dans les plus brefs délais en une force agissante capable de prendre en mains sa propre destinée.
 
 

 

Partager cette page

Repost 0
Published by